3- L’icône de la Mère de Dieu de Vladimir (XII ème siècle)

L’icône de la Mère de Dieu de Vladimir (Богоматерь Владимирская), datant du XII ème siècle, est également connue sous le nom de Vladimirskaïa. Elle est depuis longtemps l’une des icônes les plus vénérées de Russie, et son rôle se révéla capital au fil de l’Histoire. De très nombreux miracles lui sont attribués, notamment concernant la défense du pays face à l’ennemi. Depuis 1395, elle est ainsi considérée comme la Sainte Protectrice de la Russie.
C’est une splendeur, avec une histoire passionnante !

1-Histoire

L’Icône de la Mère de Dieu de Vladimir ne revêt pas qu’une importance religieuse ; elle joua un rôle essentiel dans l’Histoire politique et sociale du pays. A travers les Chroniques de l’Ancienne Russie, on comprend que tous, les gens du « petit peuple », les puissants, ou encore les membres du Clergé, la considéraient comme la Sainte Protectrice de l’Eglise et de l’Etat. Chacun de ses déplacements était honoré comme un déplacement de la Mère de Dieu en personne, et tout événement important de l’Histoire du pays était expliqué par son influence bienfaisante.

Vers 1131, le Patriarche de Constantinople offrit cette magnifique icône au Prince Iouri Dolgorouki de Kiev. Lorsque le fils de ce dernier, Andreï Bogolioubovski, voulut asseoir son pouvoir en régnant sur les terres de Rostov et en devenir le Prince, il quitta Kiev pour Rostov en 1155, en emportant l’Icône de la Mère de Dieu. A l’approche de la ville de Vladimir, son attelage de chevaux refusa obstinément d’aller plus loin : Andreï Bogolioubovski comprit que l’Icône devait demeurer à cet endroit. Le nouveau centre politique serait donc Vladimir et non Rostov, selon la volonté de la Vierge Marie. Afin d’abriter solennellement l’Icône, il fit construire la magnifique Cathédrale de la Dormition de Vladimir.

Cathédrale de la Dormition à Vladimir

Au cours des huit siècles passés par l’Icône Vladimirskaïa sur le sol russe, un nombre incalculable de miracles, petits ou grands, personnels ou collectifs eurent lieu par son intercession. Elle fût plusieurs fois miraculeusement épargnée au cours d’incendies spécialement destructeurs (1185, 1238
notamment) et défendit maintes fois les villes russes contre les envahisseurs principalement bulgares, tatares, turcs ou mongoles (1395, 1408, 1451, 1459, 1480, 1521…) Des nuits de pleurs et de prières devant l’Icône, des processions sur les remparts des villes assiégées permirent à chaque fois la délivrance des Russes de leur ennemi.
Parmi tous ces événements notables, il en est un capital qui doit vous être relaté…

En 1395, le redoutable Tamerlan, conquérant cruel et terrifiant d’une grande partie de l’Asie centrale et occidentale, menaça Moscou avec ses hordes turco-mongoles. On fît alors venir l’Icône sacrée depuis la ville de Vladimir (environ 200 km à l’ouest de Moscou) pour en implorer la protection. Une immense procession du clergé et de la population vint l’accueillir à une Porte de la Ville de Moscou, le 26 Août 1395. (Le lieu de cette sainte rencontre (sretenie, en slavon) fût rebaptisé ensuite en son honneur : il s’agit de la rue Sretenka où s’élève le splendide monastère Sretensky, (haut-lieu de l’actuelle renaissance spirituelle orthodoxe russe) érigé en 1397 en souvenir de cette rencontre de la Mère de Dieu et du peuple de Moscou implorant sa protection.)
Puis la Sainte Icône fût solennellement installée dans la Cathédrale de la Dormition au Kremlin. Le grand prince Vassili passa la nuit en pleurs et en prières devant elle. On raconte que, pendant la nuit, Marie apparût en songe à Tamerlan, et lui ordonna de quitter immédiatement la Sainte Russie. Le lendemain, Tamerlan ne livra pas bataille et fit demi-tour…Moscou fût sauvée !

Cathédrale de la Dormition au Kremlin de Moscou

Après ce miracle, l’Icône de Vladimir demeura au Kremlin, à la Cathédrale de la Dormition, et occupa une position centrale, tant dans la vie de l’Eglise que dans celle de l’Etat : elle devint alors officiellement la Sainte Protectrice de la Russie. Avant de partir au combat, les princes de Moscou puis les tsars priaient devant elle et imploraient sa protection. On jurait fidélité au tsar face à elle. Et c’est en sa présence que se déroulaient les grands actes de la vie du pays, tels que le couronnement des tsars ou l’élection du Patriarche. Elle devint ensuite l’objet de multiples pèlerinages…
Pour ne pas priver les habitants de Vladimir de sa sainte protection, l’Icône y retourna maintes fois, surtout pendant les invasions tatares. Puis le prince Vassili en fit faire une copie par Andreï Roublëv et l’offrit à la Cathédrale de la Dormition de Vladimir…

L’Icône de la Mère de Dieu souffrit beaucoup lors de l’occupation de Moscou par Napoléon, en 1812. Il fallût la cacher précipitamment dans divers lieux de Russie. Rappelons que la Cathédrale de la Dormition du Kremlin fût transformée en écurie par les soldats de l’Empereur. Elle fût saccagée et pillée… Après la remise en état des lieux, dès 1813, la Sainte Protectrice regagna la Cathédrale de la Dormition du Kremlin de Moscou et y demeura jusqu’en 1918, date de la révolution bolchévique.

L’Icône Vladimirskaïa fût spoliée par les Communistes au pouvoir et déposée dans un premier temps, en 1926, au Musée historique d’État de Moscou. En 1930, elle rejoignit officiellement la célèbre collection de la Galerie Trétiakov de Moscou, qui en est toujours de nos jours le dépositaire officiel.
Depuis 1999, cette Sainte Icône étant à la fois trésor artistique, historique, et objet inestimable de piété pour les chrétiens, une solution juridique originale et astucieuse a été mise en place. Elle se trouve désormais exposée, ainsi que d’autres célèbres trésors religieux, dans l’église de Saint-Nicolas de Tolmachi, adjacente et appartenant à la Galerie Trétiakov.
A l’occasion de grandes fêtes religieuses, l’Icône de la Mère de Dieu de Vladimir est régulièrement transférée pour quelques jours à la Cathédrale de la Dormition du Kremlin de Moscou.

L’intérieur de l’église de Saint-Nicolas de Tolmachi

(l’Icône de la Mère de Dieu de Vladimir se trouve à gauche)

Pour la petite anecdote, on raconte qu’en Décembre 1941, alors que l’armée allemande n’était plus qu’à une vingtaine de kilomètres de Moscou, Staline lui-même aurait ordonné de placer l’Icône Vladimirskaïa dans un avion et de voler tout autour de la capitale assiégée. Quelques jours plus tard, les Allemands battirent en retraite…

2- Description

Cette icône est du type Eleusa (compassion, pitié, en grec) désignant la représentation d’une « Vierge de tendresse ». Elle montre une image très maternelle et douce de la Vierge Marie. La joue de l’Enfant Jésus est pressée contre celle de sa Mère dans un geste spontané et affectueux, plein d’amour enfantin. Il l’étreint avec sa main gauche glissée derrière son cou, tandis que sa Mère, en réponse, penche sa tête vers lui et le tient serré contre elle, soutenu avec sa main droite. On notera un petit détail touchant et unique pour une icône : la jambe gauche de l’Enfant légèrement repliée laisse apercevoir sa plante de pied …
La puissance de cette icône tient dans l’équilibre parfait d’émotions humaines et de majesté religieuse. Les vêtements noirs et or sont à la fois sobres et extrêmement élégants. Le regard de la Vierge, que recherche l’Enfant Jésus, représente l’élément central de la composition de cette icône : empreint d’une infinie douceur et d’une forte intériorité, il se tourne vers nous en exprimant toute la tendresse, la détermination, mais aussi la gravité et la force de l’amour maternel.

Initialement, cette icône mesurait 78 cm x 55 cm. La planche de tilleul a une épaisseur de presque 3 cm. Elle a été augmentée pour mesurer 104 cm x 70 cm, sans doute pour être plus facilement intégrée dans une iconostase (mur d’icônes dans une église orthodoxe, séparant le sanctuaire du choeur.)
Au verso, étonnamment, on trouve la représentation d’un autel byzantin, avec l’évangéliaire, la Croix, et les Instruments de la Passion. Cette image fût probablement peinte au cours des travaux de restauration de l’Icône, menés par l’Ecole d’iconographie de Moscou en 1514.

3- Fêtes religieuses

En mémoire de trois principaux miracles attribués à l’Icône de la Mère de Dieu de Vladimir, l’Eglise orthodoxe de Russie célèbre trois fêtes importantes :
le 21 Mai (miracle de 1521), le 23 Juin (miracle de 1480), et le 26 Août (miracle de 1395).

Commentaires (16):

  1. Caroline

    1 décembre 2017 à 19 h 32 min

    Un mot : passionnant!

    Répondre
    • Marion

      1 décembre 2017 à 20 h 09 min

      Merci Caroline ! Mais cette icône est tellement captivante de beauté et d’intérêt …

      Répondre
  2. Danguy des deserts

    20 novembre 2017 à 21 h 07 min

    Hello marion. Qui est l auteur de cette icons sublime ? Merci. Corinne

    Répondre
    • Marion

      21 novembre 2017 à 7 h 20 min

      Bonjour Corinne
      Malheureusement, l’auteur est inconnu ! Certains disent que ce serait l’évangéliste Luc, mais ce n’est historiquement pas possible… Il est probable d’ailleurs qu’elle soit l’oeuvre de plusieurs artistes à la fois, comme cela se faisait dans les ateliers d’icônes, chacun en peignant une partie (le fond, les visages, les vêtements, les détails…). Le mystère reste entier, mais le résultat est magnifique !

      Répondre
  3. Mylène

    25 septembre 2017 à 22 h 07 min

    Articles au top !! J’ai hâte de lire la suite !! 🙂
    Bravo !!

    Répondre
    • Marion

      25 septembre 2017 à 22 h 31 min

      Merci Mylène ! Je reprends vite ma plume ….promis ! 😉

      Répondre
  4. Anne

    24 septembre 2017 à 19 h 25 min

    Bravo pour ton blog, très agréable à lire, amusant et instructif! continue à nous faire voyager et à partager ton amour pour la Russie si mystérieuse et différente à nos yeux.

    Répondre
    • Marion

      25 septembre 2017 à 7 h 33 min

      Merci pour ces chaleureux encouragements. Promis… le voyage continue !

      Répondre
  5. Maryvonne

    23 septembre 2017 à 18 h 33 min

    Merci Marion,
    Quel grand plaisir tu nous fait de nous faire partager tes connaissances , tes découvertes et ton attachement à la Russie.
    Merci ..
    je m’inscris pour suivre tes récits 🙂

    Répondre
    • Marion

      24 septembre 2017 à 7 h 28 min

      Merci pour ces chaleureux encouragements, Maryvonne !

      Répondre
  6. Lepoutre

    23 septembre 2017 à 11 h 57 min

    Je decouvre ton blog dans le train et ton article m a fait voyager !! ce blog est top ! J attends avec impatience la suite !
    Myriam

    Répondre
    • Marion

      23 septembre 2017 à 12 h 53 min

      Merci Myriam ! et bon voyage…

      Répondre
  7. Catherine

    22 septembre 2017 à 20 h 03 min

    Absolument génial ton blog !Merci de nous transmettre tes connaissances et savoirs sur cette culture russe passionnante et de nous faire voyager ! J ‘ai l’icône de Vladimir et je ne connaissais pas son histoire !
    Merci encore !

    Répondre
    • Marion

      22 septembre 2017 à 20 h 14 min

      Merci Catherine ! Patience pour le prochain article …!

      Répondre
  8. Solange

    22 septembre 2017 à 16 h 49 min

    BRAVO! PASSIONNANT, les photos sont supers!

    Répondre
    • Marion

      22 septembre 2017 à 18 h 02 min

      Merci Solange !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *