44- La première neige

Un flocon, deux flocons, trois flocons … Les voilà, ils arrivent ! Ils arrivent enfin, ou ils arrivent déjà, c’est selon ! Les émotions sont diverses, mais la première neige ne laisse jamais personne indifférent, surtout en Russie où la neige est un élément incontournable de l’hiver. C’est toujours un événement ! Redoutées, tolérées, acceptées ou tant espérées, les premières chutes de neige provoquent au fond de chacun un ressenti ambigu que l’art russe, entre poésie et peinture, captive à merveille.

Aujourd’hui je voudrais vous faire découvrir les émotions suscitées par l’arrivée de la première neige, à travers quelques tableaux de cette peinture russe que j’aime tant … Partageons ensemble ce moment de poésie !

Les Russes et la neige : une relation complexe

Que ce soit par le biais de la littérature, de la peinture, de l’Histoire, ou simplement par des rencontres personnelles, il est facile de percevoir que l’hiver russe occupe une part capitale dans la culture du pays. Mais pourquoi les Russes ont-ils une relation si ambiguë avec la neige ? Pourquoi adorent-ils et redoutent-ils à la fois l’hiver ? Pourquoi l’attendent-ils impatiemment puis se lamentent-ils sans fin s’il traîne en longueur ? Pourquoi la neige est-elle si importante pour les Russes ?

Outre, bien sûr, l’aspect esthétique et ludique que ce blanc manteau apporte, outre la charge supplémentaire de travail et de désagrément causée par l’hiver russe, il faut sans aucun doute rechercher les réponses dans la profondeur du caractère russe.

Neige et fatalisme

Le caractère russe est empreint d’un sens indiscutable de fatalisme qui peut surprendre. Ce pouvoir d’acceptation du destin oscille entre force et faiblesse, et rythme le déroulé de la vie. La relation des Russes à l’hiver traduit bien ce côté fataliste qu’ils ont, chevillé au corps, ou plutôt « au coeur ». Cette saison souvent capricieuse et difficile est un passage obligé, qui cédera forcément sa place au printemps un jour ou l’autre, une zone obscure qu’il faut de toutes façons traverser pour accéder à la lumière ! Donc, autant se résigner, l’accepter et attendre des jours meilleurs. « Это так [èto tak] ! C’est comme ça ! » vous diront-ils.

La première neige représente alors l’entrée irrémédiable dans cette période redoutée, de lutte patiente contre les éléments qui mettent à rude épreuve les organismes et l’environnement. En ce sens-là, la première neige suscite peu d’enthousiasme.

В.А.Чазов (V.A.Tchazov) / Première neige (2005)

 

А.П.Остроумова-Лебедева (A.P.Ostroumova-Lebedeva)/ Première neige (1917)

М.М.Гермашев (M.M.Guermachev) / La neige est arrivée (1897)

В.В.Крылов (V.V.Krylov) / Première neige (2004)

П.П.Кончаловский (P.P.Kontchalovski) / La datcha bleue. Première neige (1938)

И.Э.Грабарь (I.E.Grabar) / Neige de septembre (1903)

Татьяна Волт (Tatiana Volt) / Première neige

С.Б.Ляхович (S.B.Liarovitch) / Première neige (2012)

Ф.Н.Муллагалиев (F.N.Moullagaliev) / Première neige. Rendez-vous

Un sens caché sous la surface

Un point de vue très russe consiste à considérer que tout a un second sens, un sens caché sous la surface, ou même plus profondément. L’apparence cache une sincérité, une vérité secrète, qui ne sera révélée que dans la nécessité, qu’elle soit bonne ou mauvaise d’ailleurs ! C’est une façon très russe de voir la vie. Un premier contact souvent froid, un sourire retenu, une pensée autrefois unique, une légendaire débrouillardise, cachent des sentiments sincères, un sens aigu de la liberté, et une solidarité certaine qui vont se révéler (ou non) peu à peu. C’est une affaire de confiance et de patience !

En ce sens, la première neige est hautement symbolique du caractère russe. Ainsi, par exemple, dans la littérature russe ou dans la peinture russe, il y a souvent un second niveau de compréhension. Les paysages des artistes russes peuvent donner un aperçu de la seconde couche qui se cache sous les surfaces enneigées. Grattez la neige et vous trouverez la vérité ! Et la neige prend les reflets de la vie …

И.И.Шишкин (I.I.Chichkine) / Première neige (1875)

Ирина Вишневская (Irina Vichnevskaïa) / Première neige à la datcha

В.И.Нестеренко (V.I.Nesterenko) / Première neige (2006)

С.Ф.Колесников (S.F.Kolesnikov) / Première neige (1905)

Н.Н.Галахов (N.N.Galakhov) / Kiem. Première neige (1961)

Un hiver long comme allié et comme fierté

Les hivers russes, rudes et redoutables, avec leur dose d’imprévus, ont toujours été une barrière naturelle efficace, dressée contre les envahisseurs (demandez à Napoléon !). Le froid intense et la neige s’avèrent être une excellente arme défensive que les Russes ont vite appris à utiliser et à apprécier. L’hiver russe est un allié considérable à qui l’on doit tant, et qui revient vous rendre visite régulièrement chaque année ! Voilà une bonne raison de l’aimer, de l’accueillir et de se réjouir dès les premiers flocons.

De plus, en restant finalement peu impressionnés par la rudesse de l’hiver, les Russes gagnent toujours un certain respect général : leur façon d’y survivre force l’admiration de tous ! De quoi en tirer une certaine fierté, et s’amuser des étrangers affolés par la chute des températures. Un Sibérien me confiait en souriant que, pour lui, un véritable hiver russe commence à -40°C !!

В.Д.Поленов (V.D.Polienov) / Première neige (1892)

А.А.Пластов (A.A.Plastov) / Crépuscule. Première neige (1938-1939)

Инна Б.Алтунашвили (Inna Altounachvili) / Première neige sur la Mer Blanche (2010)

La belle neige blanche et purificatrice

Les rues boueuses, les bâtiments délabrés, et les voitures sales n’existent plus dès qu’une grosse chute de neige s’abat sur la ville. Tout devient propre, comme neuf, d’une pureté éclatante. Les Russes urbains adorent l’hiver pour son côté magique et rénovateur, et ils accueillent tout spécialement avec beaucoup de joie la première neige, celle qui tombe pendant des heures et métamorphose la ville !

Н.Н.Дубовской (N.N.Doubovskoï) / Première neige (1910)

La première neige a ce côté magique qui change le regard des Russes sur la vie : en peu de temps, on passe de la sinistrose de l’automne terne au monde positif, plein d’attente, symbole d’un renouveau, de clarté et de beauté. Les peintres russes adorent fixer cette instant de joie intense sur la toile, et ils la symbolisent souvent en intégrant des enfants heureux dans leurs tableaux.

С.Насырова (S.Nassyrova) / Première neige (2000)

И.А.Попов (I.A.Popov) (1927-1999) / Première neige

La campagne aussi se métamorphose et s’embellit dès la première neige … Quel plaisir pour les yeux ! Quel cadeau de la nature !

О.И.Молчанов (O.I.Moltchanov) / Première neige

А.А.Андреев (A.A.Andreev) (1887-1941) / Première neige

А.В.Егоров (A.V.Egorov) / Première neige

Entre surprise et nostalgie

Un des grands bonheurs de l’arrivée de cette première neige vient de l’effet de surprise qu’elle produit. La magie crée l’étonnement. Les artistes aiment beaucoup représenter la fenêtre par laquelle quelqu’un (souvent un enfant) regarde tomber la première neige et voit devant ses yeux son environnement se transformer sans bruit, avec tant de douceur. Elle symbolise ce moyen d’accès à de fortes émotions intérieures que chacun ressent en regardant tomber les premiers flocons …

С.А.Тутутов (S.A.Toutoutov) / L’hiver est arrivé. Enfance (1960)

А.А.Тутутов (A.A.Toutoutov) / Première neige (1968-1969)

Татьяна Доронина (Tatiana Doronina) / Première neige

Mais la première neige peut aussi susciter une certaine tristesse latente, empreinte parfois de nostalgie, comme remarquablement exprimée dans le regard du père du tableau autobiographique d’Igor Panov. Quand la fascination et la nostalgie deviennent une affaire de génération et changent le regard de chacun …

И.Г.Панов (I.G.Panov) / Autoportrait. Première neige. (2010)

Le tableau Première neige de Plastov

Аркадий Александрович Пластов (Arkadi Alexandrovitch Plastov) (1893-1972) / Первый снег (Première neige) 1946

Ce tableau charmant et délicat, intitulé Première neige (Первый снег), fut peint par Arkadi Plastov, en 1946, dans le village de son enfance, Prislonikha (Прислониха, oblast d’Oulianovsk), Son succès fut immédiat et immense. Il fut notamment exposé en 1956 à la 28ème Biennale de Venise. Souvent utilisé comme support pédagogique par les enseignants, il est extrêmement célèbre en Russie. Les critiques ne manquent jamais de saluer la profonde compréhension de l’auteur de la nature russe et de l’âme enfantine.

Arkadi Plastov a saisi toute la spontanéité des enfants, sortis précipitamment regarder la première neige tomber et goûter la magie de l’instant. Chaussée de valenkis trop grandes pour elle, vêtue d’une robe légère et d’un châle de femme, la fillette n’a pas pris le temps de s’habiller correctement. Le garçonnet, lui, est habillé plus chaudement, mais ses valenkis et sa chapka-ouchanka ne semblent pas à sa taille non plus. Des détails qui trahissent l’empressement des enfants de savourer au plus vite cet instant merveilleux.

Arkadi Plastov a admirablement capturé ce moment bref et fugace de pur bonheur provoqué par la chute de la première neige. Le visage souriant de la fillette, tourné ouvertement vers les flocons qui tourbillonnent et se posent au hasard sur ses joues, exprime une joie tranquille, pleine de surprise et de naïveté que le spectateur reconnaît sans difficulté. La première neige est un jour miraculeux, plein de promesses généreuses, de vagues pressentiments de grandes joies hivernales, un jour qui provoque un bonheur si simple dans le coeur des enfants.

Un sentiment lumineux de paix se dégage aussi de cette oeuvre. La fraîcheur d’un jour d’hiver, le silence des flocons qui tombent doucement, la pureté de la neige et la joie tranquille et sincère des enfants, nous font rentrer dans un monde merveilleux d’une beauté magique, et raniment en nous notre âme d’enfant.

L’équilibre subtil et harmonieux entre la douceur ambiante et l’excitation intérieure des enfants rend cette oeuvre très poétique et vraiment charmante. Les couleurs douces, la neige, le silence, et l’innocence des enfants font de ce tableau la représentation la plus simple, la plus pure, et la plus célèbre de la première neige en Russie.

Le peintre Alexandre Ousvatov s’amusa à représenter la fillette du tableau de Plastov quelques années plus tard :  et notre âme d’enfant renaît toujours à l’arrivée de la première neige …

А.С.Усватов (A.S.Ousvatov) / Première neige

 


L’hiver progresse, et la neige s’annonce peu à peu selon les régions. Alors, ouvrez l’oeil, surveillez le ciel, et n’hésitez pas à vous précipiter à la fenêtre dès l’arrivée des premiers flocons ! Retrouvez votre âme d’enfant, arrêtez le temps, et laissez-vous envahir par ce moment de poésie que les peintres russes capturent toujours avec tant d’émotion …

Bon hiver à tous !



 

A propos de neige, voici le lien vers un article que j’ai écrit l’hiver dernier et intitulé : « Mais où va donc toute cette neige ? » De quoi surprendre !! Bonne lecture …

http://russiemeconnue.fr/mais-ou-va-donc-toute-cette-neige/

 

Commentaires (20):

  1. Lise

    25 novembre 2018 à 16 h 28 min

     » Tenez, il neige, où est le sens ?  » Tchekhov dans Les trois soeurs.
    Merci Marion pour cet article fin et émouvant sur « les russes » et leurs âmes.

    PS :Peut-on retrouver les tableaux sur internet (je n’arrive pas à les copier coller depuis votre site).

    Répondre
    • Marion

      25 novembre 2018 à 17 h 20 min

      Merci, Lise, de votre reconnaissance, et merci de citer Tchekhov !
      Mes articles sont en effet protégés par un filtre anti « copié-collé » …depuis une désagréable mésaventure ! Dites-moi ceux que vous souhaitez avoir, n’hésitez pas, et je me ferai une joie de vous les envoyer sur votre adresse mail personnelle. À bientôt, Lise ! 😉

      Répondre
  2. Philippe

    25 novembre 2018 à 10 h 58 min

    Ton évocation de la Russie qui attend la neige , qui vit avec , est magnifique , surtout avec les peintures que tu as choisies…l’association avec le fatalisme de l’âme russe , et le second degré de perception est très vraie , et se retrouve dans la littérature russe , et je ne pouvais me défendre d’y songer en lisant tes commentaires et en admirant les peintures …quelle belle carte postale de la Russie tu nous a envoyée! merci , merci.

    Répondre
    • Marion

      25 novembre 2018 à 17 h 15 min

      Merci beaucoup, Philippe, je suis touchée ! Je sens l’âme d’un fin connaisseur qui apprécie et identifie les subtilités et les ambiguïtés de la Russie … Bravo !! Je suis contente d’avoir pu apporter un peu de dépaysement et de beauté à travers cette peinture russe si émouvante …

      Répondre
  3. Claire Leprince Mouchet

    24 novembre 2018 à 13 h 18 min

    Bonjour Marion, c’est tellement vrai cette découverte toujours merveilleuse de la première neige !
    Merci pour ce choix extraordinaire de tableaux !
    Où peut on les voir (principalement)
    Merci !

    Répondre
    • Marion

      24 novembre 2018 à 16 h 01 min

      Bonjour Claire ! Plusieurs de ces tableaux se trouvent au Musée Russe de Saint-Petersbourg. D’autres font partie de collections privées, et les plus récents ne sont pas encore exposés … (c’est d’ailleurs ce qui justifie mon choix, je voulais faire découvrir de nouvelles oeuvres !) Quant au tableau « Première neige » de Plastov, il est visible à Tver, à la « Galerie de tableaux de l’oblast de Tver » (Тверская областная картинная галерея). Bonnes visites ! Merci Claire, pour ton commentaire enthousiaste !

      Répondre
  4. Agnès

    24 novembre 2018 à 9 h 13 min

    Marion, rendez-vous sur le boulevard des boulevards pour profiter des premiers flocons,en chaussons ! 😉
    Bel instant de poésie dans ce samedi matin bien gris…

    Répondre
    • Marion

      24 novembre 2018 à 10 h 07 min

      D’accord, Agnès, je te prends au mot !! Un peu de douceur fait du bien, effectivement … 😉

      Répondre
  5. Laurent Dané

    24 novembre 2018 à 8 h 41 min

    Quelle poesie Marion dans tes textes ! J’aime énormement le premier tableau de l’enfant qui regarde par la fenetre.
    Laurent

    Répondre
    • Marion

      24 novembre 2018 à 10 h 05 min

      Merci Laurent ! Bon choix, ce tableau est magnifique ! J’aime aussi beaucoup celui avec les oies …il me fait rire ! 😉

      Répondre
  6. Mellot Joseph

    24 novembre 2018 à 8 h 08 min

    Magnifique, bravos. C’est un plaisir de découvrir ces superbes tableaux et de vous lire.

    Répondre
    • Marion

      24 novembre 2018 à 8 h 24 min

      Merci Joseph ! C’est vraiment gentil. Je suis heureuse….de faire des heureux !!

      Répondre
  7. Michèle Binh

    23 novembre 2018 à 22 h 34 min

    Que j’ai aimé cet article qui dépeint si bien l’atmosphère de l’arrivée de cette première neige magique, féérique, qui transfigure le paysage quotidien, assourdit les bruits en silence feutré et nous plonge dans le mystère et l’émotion des contes de fées ! Les tableaux qui l’accompagnent montrent bien l’émerveillement des enfants, mais aussi nous laissent entrevoir la difficulté de circuler et de vivre pendant ce long hiver. C’est beau la neige, mais c’est froid et j’imagine que se rendre à son travail, exercer diverses activités dehors ne doit pas toujours être drôle… Très intéressant aussi l’article sur les moyens déployés pour déneiger les villes, impressionnant. Merci Marion pour tous vos beaux partages ! Que j’aimerais voir ces magnifiques villes russes sous la neige…

    Répondre
    • Marion

      24 novembre 2018 à 8 h 19 min

      Merci infiniment, Michèle, pour votre si beau commentaire. Et vous avez saisi toute l’ambiguïté de la relation à la neige !! Je vous souhaite sincèrement de pouvoir réaliser votre souhait … A bientôt, Michèle.

      Répondre
  8. Florence Bergerand

    23 novembre 2018 à 19 h 38 min

    C’est beau! Merci Marion… j’en oublierais presque le bruit des pelles à 6h du matin, la plaque de verglas sous la couche de neige et la boue après les premières neiges. Je préfère rester sur cette lecture, prendre un bon bouquin et regarder paisiblement les flocons tomber…du thé dans le Samovar maintenant que tu nous as tout explique. Bref j’adore… bises

    Répondre
    • Marion

      23 novembre 2018 à 20 h 56 min

      Mille mercis, Florence, pour ta façon de « croquer » la neige à Moscou avec humour !! Bon thé … et bonnes rêveries ! Bises

      Répondre
  9. pourtoy

    23 novembre 2018 à 18 h 17 min

    Merci Marion pour cet article plein de poésie qui aide à mieux comprendre l’âme russe.
    Depuis mon verdoyant Béarn, je suis heureuse de pouvoir continuer de te lire et de me replonger quelques instants dans cette atmosphère pleine de charme…et de fraîcheur…
    Je t’embrasse

    Répondre
    • Marion

      23 novembre 2018 à 18 h 29 min

      Quel plaisir, Odile, de savoir que la « première neige » russe touche le Béarn !! Merci pour ce commentaire si sincère, Odile, je sens une petite pointe de nostalgie en toi : Russie, quand tu nous tiens !! Profite bien de ton beau Béarn, verdoyant et ensoleillé (sans aucun doute) … Bises de Moscou ! À bientôt, Odile.

      Répondre
  10. delatte

    23 novembre 2018 à 16 h 55 min

    Je suis moi aussi enthousiaste aux premiers flocons )))
    Merci Marion pour ce nouvel article culturel et poetique !

    Répondre
    • Marion

      23 novembre 2018 à 17 h 03 min

      Alors patience … ils se font attendre cette année à Moscou ! Vivement la première neige !! Merci Vincent … et prépare déjà ta luge, au cas où ! 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *