Humour et nouveaux Russes des années 1990

Et voici le troisième volet de notre série sur les blagues russes !

Dans les années 1990, juste après la Pérestroïka et l’effondrement de l’URSS, il apparaît dans la société russe un nouveau personnage sociologiquement très intéressant : le « nouveau Russe ». Le passage brutal du régime communiste à un libéralisme économique sauvage a favorisé l’émergence ultra-rapide d’entrepreneurs aux méthodes souvent douteuses. En gagnant tout d’un coup énormément d’argent et en se mettant à consommer de façon très ostentatoire, ils attirent non seulement le mépris de beaucoup mais aussi le regard ironique et acéré des humoristes.

Ridiculisé, le nouveau Russe devient alors un personnage comique, dont on n’hésite pas à se moquer ouvertement. En offrant ainsi la possibilité de se venger des puissants, l’humour se confirme comme une arme thérapeutique infaillible !

La révolution des prénoms russes

Si vous entendez parler d’Olga, Tatiana, Vladimir ou Sacha, pas de doute, vous identifiez des prénoms russes. Mais si je vous dis …Granite, Electron, Volga, ou Héros, je vous sens perplexe. Et pourtant, je vous cite bien des prénoms donnés, en leur temps, à des enfants soviétiques ! En voulant construire « un Homme nouveau dans un Monde nouveau », la Révolution bolchévique de 1917 s’intéressa de près à l’identité profonde de chacun, allant jusqu’à susciter de nouveaux prénoms, politiquement et idéologiquement « corrects ».

Par le passage d’un ancien monde tsariste et orthodoxe à un univers moderne et laïc, les autorités affirmaient leur volonté de rompre avec ce qui avait existé avant la Révolution. Le changement des prénoms s’annonçait simple sur le papier. Mais la population y adhéra à sa façon, à son rythme, adaptant parfois la nouveauté aux traditions, ou, au contraire, basculant dans une frénésie créative qui peut surprendre…

Chichkine : un tableau au destin étonnant

Lorsqu’en 1889, Ivan Chichkine posa ses pinceaux, après avoir mis la touche finale à sa nouvelle toile intitulée « Matin dans une forêt de pins », il était loin d’imaginer le succès et le retentissement qu’elle connaîtrait. Déclinée sur plusieurs supports et élue maintes fois « tableau préféré des Russes », cette oeuvre fait partie, en Russie, de la vie de chacun et traverse les années en suscitant une émotion sans faille.

L’histoire de ce tableau dépassant largement le cadre de la Galerie Trétiakov, où il est exposé à Moscou, partons ensemble à la découverte d’un peintre exceptionnel et d’une oeuvre incontournable, profondément ancrée dans la culture russe…

Ivan Petrovitch Pavlov
– Иван Петрович Павлов –

Si je vous dis « Pavlov ? », vous me répondrez sûrement : « Ah oui, le chien de Pavlov ! », et de vagues souvenirs de cloche et de salivation, issus de cours de biologie, referont surface. Bravo, Pavlov, c’est un peu cela, mais aussi tellement plus !

Travailleur acharné entièrement dédié à la Science, ce médecin et physiologiste russe, empreint d’humilité et d’amour pour son pays, sera à l’origine de découvertes inestimables dont nous bénéficions encore largement aujourd’hui. Esprit rigoureux armé d’un solide caractère, il n’hésitera pas à critiquer ouvertement un gouvernement bolchévique désireux de le transformer en une gloire soviétique.

L’eau sacrée de la Théophanie

Chaque année, le 19 janvier, l’Eglise orthodoxe célèbre la fête de la Théophanie, en l’honneur du baptême du Christ par Jean, dit le-Baptiste, dans les eaux du Jourdain. Elle est l’une des douze grandes fêtes chrétiennes, et se rapproche de l’Epiphanie des Catholiques. C’est à cette occasion qu’a lieu la traditionnelle cérémonie de bénédiction de l’eau, qui se déroule alors dans toutes les églises orthodoxes du monde entier, et donc de Russie. Plusieurs coutumes y sont liées, et notamment celle que l’on appelle « les bains de la Théophanie », où les chrétiens volontaires réaffirment leur Foi en se plongeant dans des trous d’eau glacée …

La construction de l’Université de Moscou : entre défi et puissance

En contemplant le panorama de Moscou, on est d’abord frappé par la taille gigantesque de la ville et par le côté hétéroclite de son architecture où différentes époques se côtoient. Puis, le regard se pose successivement sur des gratte-ciel assez similaires qui dépassent par-ci par-là de la ligne d’horizon, et l’on se prend au jeu de les compter. Sept, oui, vous avez bien compté, ils sont au nombre de sept, et tous de la période stalinienne. Mais l’un d’entre eux domine par ses dimensions et sa position magistrale au sommet du Mont des Moineaux, surplombant la Moskova : l’Université de Moscou !

Moscou inconnu… pour clore 2017 !

En ces derniers jours de l’année 2017, je vous invite à un moment de découverte de Moscou comme vous ne l’avez jamais vu ! Un voyage magnifique, reposant et poétique, qui vous permettra de vous échapper quelques minutes des préparatifs du Réveillon !! Je vous offre cette pause avec grand plaisir, souvenirs pour certains, découverte pour d’autres, mais avec toujours la même idée en tête : explorer, trouver et partager avec vous ce qui fait la richesse et la complexité de cette si passionnante Russie méconnue… Aujourd’hui, un aspect différent et original de Moscou !

Bon voyage, et bonne fin d’année 2017 !

Joyeux Noël co(s)mique !!!

A deux jours de Noël, nous voilà tous affairés à courir à droite et à gauche pour être parfaitement prêts le jour J, mais, rassurons-nous : Ded Moroz et Snégourotchka sont passés en mode cosmique et gèreront à merveille les livraisons….

Dormez tranquille, et faites-leur confiance !

Regardez ….j’ai des preuves !

A la rencontre de Snégourotchka

Mais qui est donc cette fameuse Snégourotchka (Снегурочка) dont tous les enfants russes parlent dès le début de l’hiver ? Prononcer son nom, en accentuant bien la seconde syllabe, vous ouvrira les portes de l’Enfance ! Oui, mais…qui est-elle ? Une star ? Très certainement ! Une amie des enfants ? C’est évident ! Une vedette d’opéra ? Oui, étonnamment ! Une jolie blonde au doux visage ? Mais pas seulement ! Le personnage interroge et en devient mystérieux …

Il est temps de partir à sa rencontre et de vous laisser bercer par la douceur de l’Enfance …

Blagues et ironie autour de la Pérestroïka

L’humour étant un excellent reflet d’une société ou d’une culture, il est intéressant de se pencher sur les blagues qui circulaient en URSS au temps de la Pérestroïka et des années qui suivirent. Les difficultés et les souffrances de la population, les absurdités du quotidien, ainsi que l’image véhiculée des dirigeants du pays se retrouvent concentrées dans des formules parfois explosives et percutantes qui donnent le ton…

L’isba russe : symboles, croyances et traditions

Qui dit « isba », dit « campagne russe » ! L’isba est la maison traditionnelle des paysans russes et fait entièrement partie du folklore du pays. Jusqu’au 10ème siècle, elle n’était qu’une cabane de rondins, aux trois-quarts enterrée, avec un toit de chaume et une petite ouverture en guise de porte. Point de fenêtre. L’élément principal en était un foyer de pierre à l’intérieur, qui chauffait mais enfumait aussi énormément l’espace. Les années passant, l’habitat paysan évolua : l’aspect extérieur comme intérieur se modifia et s’organisa pour pouvoir accueillir jusqu’à une douzaine de personnes en son sein.

L’étonnante histoire des étoiles rouges du Kremlin de Moscou

Il est des marques de l’Histoire qui, l’air de rien, s’intègrent parfaitement dans le paysage et donnent l’impression d’avoir toujours existé, telles quelles. On les remarque à peine, tellement elles se sont bien appropriées les lieux, et notre attention se laisse détourner de leur raison d’être … C’est exactement le cas des étoiles rouges qui trônent au sommet des tours du Kremlin de Moscou ! Elles brillent fièrement, de jour comme de nuit, narguant le passant de leur infaillible et majestueuse lueur. Mais tel ne fût pas toujours le cas, pourtant. C’est leur histoire étonnante que je souhaite ici vous faire découvrir.

Suivez-moi, je vous emmène dans les étoiles !

Valentina Terechkova, la première femme dans l’espace

Le 16 juin 1963, deux ans après le premier vol spatial réalisé par Iouri Gagarine (12 avril 1961), la Soviétique Valentina Terechkova devenait la première femme à aller dans l’espace. A seulement 26 ans, la jeune femme fût immédiatement propulsée au niveau d’héroïne nationale, et mit sans attendre sa notoriété au service de son pays, au moment où l’URSS et les USA étaient en pleine rivalité pour la Conquête Spatiale.

Les îles Solovki : une si triste splendeur 

Il est des lieux fascinants que l’on découvre peu à peu, attiré par leur beauté et impressionné par le poids de leur Histoire. Les îles Solovki (ou Solovietski) en font partie, sans aucune hésitation. L’archipel des Solovki interroge, devant autant de paradoxes…

Chevaux et troïka

« On monte dans une troïka, et le rapide équipage avec ses trois chevaux en éventail  part au milieu d’un tintement de grelots soulevant une poussière argentée. »

Théophile Gauthier

Les blagues russes, reflet d’une certaine société soviétique 

En russe, les histoires drôles sont appelées « anekdoti » ( анекдоты ). Le terme anekdot apparaît dans la langue russe au début du 19 ème siècle. Racontées à l’époque dans les cercles aristocratiques, les anekdoti échappent rapidement à ce milieu fermé et privilégié, et se répandent dans toute la population, toujours exclusivement de façon orale.

Maïa Plissetskaïa, l’hymne à la Vie

Etoile incontestée de la danse classique, dotée d’un talent exceptionnel, Maïa Plissetskaïa ( Майа Плисецкая ) a connu une carrière éblouissante et son nom est désormais indissociable du ballet et du prestigieux Théâtre Bolchoï de Moscou.

Napoléon et le grand incendie de Moscou (1812)

Le 18 septembre 1812, après un incendie de plus de quatre jours, Moscou n’est plus qu’un amoncellement de ruines et sa splendeur a disparu dans les flammes. Le grand incendie de Moscou est probablement une des pages les plus frappantes du règne de Napoléon.

Le bouleau blanc, symbole de la Russie

Sans aucune hésitation, la Russie est le pays des bouleaux : ils sont partout ! Symbole de la nature généreuse et de la beauté russe, le bouleau blanc (белая берёза [biélaïa biérioza]) a une place unique dans la culture du pays, mais aussi dans le coeur de chaque Russe: c’est l’arbre qui évoque le mieux sa terre natale…

La station Maïakovskaïa (Маяковская) du Métro de Moscou

Cette magnifique station de métro, ouverte le 11 Septembre 1938, est dédiée au poète et dramaturge futuriste soviétique Vladimir Maïakovski (1893-1930) que Staline qualifiera de « poète de la Révolution ». A l’Exposition Universelle de New-York (1939-1940), la maquette grandeur nature de la station (quelques tronçons seulement !) fût exposée dans l’impressionnant pavillon de l’URSS et remporta le Grand Prix.

L’icône de la Mère de Dieu de Vladimir (XII ème siècle)

L’icône de la Mère de Dieu de Vladimir (Богоматерь Владимирская), datant du XII ème siècle, est également connue sous le nom de Vladimirskaïa. Elle est depuis longtemps l’une des icônes les plus vénérées de Russie, et son rôle se révéla capital au fil de l’Histoire. De très nombreux miracles lui sont attribués, notamment concernant la défense du pays face à l’ennemi. Depuis 1395, elle est ainsi considérée comme la Sainte Protectrice de la Russie.
C’est une splendeur, avec une histoire passionnante !

Comprendre un peu mieux les Russes (1ère partie)

Impossible de chercher à comprendre la Russie sans s’intéresser aux traits de caractère des Russes et à leurs habitudes de vie ! C’est un vaste sujet que je traiterai en plusieurs articles, mais je peux d’ores et déjà vous livrer quelques remarques personnelles qui vous aideront, je l’espère, à découvrir certains aspects du caractère russe …

À la découverte de quelques expressions idiomatiques russes

Quand on s’intéresse à l’apprentissage d’une langue et à la culture d’un pays, il est toujours très instructif, voire amusant, d’aller regarder de près les expressions idiomatiques fréquemment utilisées. Elles sont parfois très imagées, pittoresques, et traduisent souvent un bon sens commun, typique de la culture du pays.